Presse

« …Manu a choisi le métal pour la pratique de son art… des matériaux de récupération, chutes de tuyaux, barres et plaques de fer… pas de la « ferraille », mais du bel acier, doux, poli, lissé, brillant…
Ses sujets? Des « personnages » à échelle humaine, des êtres étranges venus d’ailleurs ou du plus profond de l’imaginaire. Des êtres aux structures articulées d’insectes ou de monstres évadés de fictions futuristes. Manu interprète des fantasmes d’aujourd’hui. Dessinateur pour films d’animation, il a su matérialiser en trois dimensions, à l’aide de ses outils de ferronnier, ajusteur, soudeur, ces créatures qui, sur le papier ou sur l’écran nous terrorisent… ou nous font rêver… »

« Le chamane du métal
On ne peut s’empêcher de songer à H.R. Gigher quand on découvre les sculptures de Manu Rodriguez : grenouilles de l’espace, chats vénusiens, grillons interstellaires, dodos à antennes, d’univers que lui ont inspiré la science-fiction, la mythologie, ou encore l’art primitif dont il aime la puissance. … »